Précédemment, John Poole, fondateur du logiciel Geekbench, a annoncé trouver la preuve tangible que Apple diminue les performances des anciens iPhone sous les nouveaux OS. Après deux jours de polémique, Apple l’a donc confirmé mercredi : oui, il bride parfois le processeur des iPhone.

Une mesure de sécurité

D’après Apple, il ne s’agit pas d’obsolescence programmée pour pousser les utilisateurs à changer de téléphone. L’objectif de ce bridage est d’épargner les batteries vieillissantes et d’éviter la mort subite d’un téléphone qui était pourtant à 18 % d’autonomie.

Apple a précisé que : « Les batteries lithium-ion perdent leur capacité à répondre aux pics de consommation quand il fait froid, qu’elles sont faiblement chargées ou qu’elles vieillissent.» « L’an dernier, nous avons lancé une fonction pour lisser les pics (de consommation) sur les iPhone 6, 6S et SE en cas de besoin, afin d’éviter qu’un appareil ne s’éteigne de manière inattendue. Nous avons étendu cette fonction à l’iPhone 7 avec iOS 11.2 », a précisé l’entreprise à plusieurs médias américains. D’autres appareils vont suivre.

Gros manque de transparence

En cas d’utilisation intensive le processeur doit tourner à plein régime. Il consomme donc davantage d’électricité. Quand une batterie ne peut plus répondre à ce pic, les iPhone avaient tendance à s’éteindre brutalement.

Apple mérite ici un carton jaune. Ses intentions sont bonnes : un iPhone plus lent, c’est mieux qu’un iPhone mort. Mais avec son manque de transparence, l’entreprise a alimenté les théories du complot. Comme le souligne John Poole, face aux ralentissements, des clients ont pu penser qu’il était temps d’acheter un nouveau téléphone. Alors qu’ils avaient juste besoin de changer de batterie.

KeyKeeper

KeyKeeper

Ingénieur en mécanique adorant la technologie. Née avec un Comodor64. Ma première ligne de commande : 10 PRINT"HELLO!" RUN