La première détection d’une fusion de deux étoiles à neutrons lointaine vient d’être jugée « découverte scientifique de 2017 » par la revue Science. L’observation de ce phénomène aura permis de capter simultanément des ondes gravitationnelles et électromagnétiques.

La fusion des deux étoiles ultra-denses observée le 17 août dernier « a confirmé plusieurs modèles astrophysiques clés, révélé un lieu de naissance de nombreux éléments lourds et testé la théorie générale de la relativité comme jamais auparavant », indique un récent rapport publié par la célèbre revue scientifique Science. L’explosion, qui s’est produite à 130 millions d’années-lumière de la Terre, est en effet le genre d’événement qui produit jusqu’à la moitié de l’or, du platine, de l’uranium et du mercure de l’univers, selon les experts.

 

Bangalore Sathyaprakash, de l’École de physique et d’astronomie de l’Université de Cardiff, a notamment rappelé que la détection de cette fusion était « le moment plus excitant » de sa carrière scientifique. Le choc entre ces deux étoiles à neutrons aura généré de minuscules ondulations — appelées ondes gravitationnelles — dans le tissu de l’espace et du temps, captées par trois instruments géants sur la Terre, deux aux États-Unis et un en Europe. Prédites par Albert Einstein, ces ondes ont été détectées pour la première fois en 2015 après la collision de deux trous noirs. Elles ouvrent une nouvelle fenêtre d’observation importante de l’Univers. « Pouvoir saisir la totalité d’événements cosmiques cataclysmiques offre la promesse de révolutionner l’astrophysique », écrit Science.

Lire la suite de l’article

KeyKeeper

KeyKeeper

Ingénieur en mécanique adorant la technologie. Née avec un Comodor64. Ma première ligne de commande : 10 PRINT"HELLO!" RUN