Après quelques désagréables surprises concernant son coût et des accumulations de retard, il semble désormais que tout soit sur la bonne voie. La construction avance comme prévu et Iter devrait bien voir son premier plasma en 2025.

Il n’est pas possible d’assurer dignement le futur de l’humanité au XXIe siècle sans des sources d’énergie suffisantes et sans réduire l’injection de gaz carbonique dans l’atmosphère pour limiter, autant que faire se peut, le réchauffement climatique et rester en dessous des fameux 2 °C supplémentaires. Ainsi, nous ne pourrons pas nous passer de l’énergie nucléaire. La Chine l’a bien compris, car, tout en développant massivement le solaire et l’éolien, elle a entrepris de développer tout aussi rigoureusement son parc nucléaire, avec 19 réacteurs en construction.

Cependant, même la fission nucléaire a des limites face aux besoins en énergie de l’humanité au cours de ce siècle. C’est pourquoi, il nous faut également maîtriser, aussi vite que possible, l’énergie de la fusion contrôlée. L’Union européenne, l’Inde, le Japon, la Corée du Sud, la Russie, la Chine et les États-Unis en sont conscients : ils ont lancé il y a dix ans le programme Iter (acronyme de International Thermonuclear Experimental Reactor). Rappelons qu’il ne s’agit pas de réaliser un prototype de réacteur industriel pour la production d’électricité mais de donner une preuve de principe qu’un tel réacteur est possible.

Le premier plasma, mais pas encore les premières réactions de fusion

Comme pour beaucoup de projets d’envergure, les coûts et le calendrier initialement prévus sont estimés de façon bien trop optimiste. Iter n’a pas échappé à cette règle, mais il semble qu’un régime de croisière réaliste ait finalement été trouvé, comme le prouvent des communiqués récents sur le site d’Iter annonçant, au mois de novembre 2017, dans le jargon propre à ce type de réalisation, « la finalisation de 50 % du périmètre total des réalisations indispensables à la production du premier plasma ». Entendez par là, comme le précise le communiqué de Bernard Bigot, directeur général d’Iter Organization, que 50 % du chemin menant de la conception des éléments de la machine à l’obtention d’un premier plasma dans le tokamak a été parcouru (en passant par la conception et la fabrication des systèmes de l’installation, la construction des bâtiments, l’expédition et la livraison, l’assemblage et l’installation des éléments).

Le premier plasma, mais pas encore les premières réactions de fusion, devrait donc bien être obtenu comme programmé,…

Lire la suite de l’article

 

KeyKeeper

KeyKeeper

Ingénieur en mécanique adorant la technologie. Née avec un Comodor64. Ma première ligne de commande : 10 PRINT"HELLO!" RUN