Microsoft vient d’officialiser la nouvelle Surface Go. C’est la plus petite, la plus légère et surtout la moins chère des tablettes Surface. 

La Surface Go est la réponse de Microsoft à l’iPad Pro. Elle se veut plus proche du format et de l’esprit des tablettes tout en gardant un pied dans l’univers Windows.

Microsoft a réussi à faire passer son message dans le monde des ordinateurs portables avec la Surface Pro. Elle s’adresse maintenant aux amateurs de tablettes (si il en reste) et plus particulièrement aux possesseurs d’iPad Pro. La Surface Go a le look d’une tablette mais avec le goût et les possibilités d’un vrai ordinateur. N’ayez pas peur. Il ne s’agit pas du retour de la Surface RT. Microsoft a compris ses erreurs.

La Surface Go tourne sous une version non tronquée de Windows 10.

Surface Go – petite mais moins puissante

La firme de Redmond a évidemment été obligée de faire des concessions. La Surface Go tourne avec un processeur Intel mais c’est un Pentium Gold 4415Y. Ce n’est pas la dernière puce sortie des chaînes d’Intel mais elle fait quand même partie de la 7éme génération de Kaby Lake. C’est un processeur Dual Core cadencé à 1,6GHz. Ne vous attendez donc pas à faire de la 3D et du jeu vidéo.

Le processeur est calibré pour de la bureautique et des loisirs peu gourmands. La puissance n’est pas l’objectif principal de la Surface Go. Elle doit avant tout être aussi légère et fine qu’une tablette. Débarrassée de son ventilateur la Surface Go a fait une cure d’amaigrissement. Elle pèse 520g et elle fait 8,5 mm d’épaisseur. C’est un bel exploit.

Dans la droite ligne des autres Surface

Pour le reste, la Surface Go reprend les mêmes codes que les autres tablettes Microsoft. On retrouve un clavier / cover détachable, un stylet avec 4096 niveaux de pression et un pied inclinable. L’écran PixelSense passe à une diagonale de 10 pouces au format 3:2. C’est plus pratique pour la glisser dans un sac. On salue également l’arrivée d’un port USB-C. Il est accompagné d’un lecteur microSD et d’un prise jack.


Lire la suite de l’article

KeyKeeper

KeyKeeper

Ingénieur en mécanique adorant la technologie. Née avec un Comodor64. Ma première ligne de commande : 10 PRINT"HELLO!" RUN