Historique

Fruit de la collaboration entre les États-Unis, le Canada et l’Union européenne, le télescope spatial James-Webb (JWST) est très attendu par la communauté scientifique. En effet, il permettra de scruter encore plus loin dans les profondeurs de l’univers grâce à un miroir primaire particulièrement large (6,5 mètres de diamètre).

james_webb_space_telescope_golden_mirror
CC Nasa

Mais la particularité de ce télescope, c’est son (futur) emplacement. Actuellement Hubble se trouve sur une orbite terrestre basse de 590 kilomètres d’altitude. James-Webb se trouvera, quant à lui, à l’opposé du Soleil à 1,5 million de kilomètres. En conséquence, un soin tout particulier doit être apporté à la conception du satellite.

En effet, à cette distance, il ne sera pas possible d’envoyer des spationautes effectuer une quelconque opération de maintenance sur James-Webb. Ce qu’il sera possible de faire, c’est ajuster à distance la position du satellite et de procéder à des mises à jour logicielles.

Il faut donc parer à toutes les éventualités, à commencer par le problème du froid. En effet, la température dans le système solaire n’est pas la même selon l’endroit où l’on se trouve. Il fera plus chaud près de Mercure qu’à proximité de Neptune. Or là où se trouvera James-Webb, il fera extrêmement froid, avec une température chutant de plusieurs dizaines de degrés sous zéro.

CC Nasa

ESSAI AU FROID RÉUSSI

« C’est la première fois que l’ensemble, télescope et instruments, était testé. Les instruments avaient déjà été testés préalablement, mais indépendamment du télescope, lors d’une série de 3 tests cryogéniques réalisés au cours des années 2013-2016 dans une cuve plus petite », explique le Cnes. À cette occasion, il a été confirmé la bonne qualité optique du télescope et l’alignement du miroir.

La mise à feu est prévue pour 2019 mais avant il reste encore quelque essais à passer pour le satellite.

Source :

À lire sur Numerama : Le télescope spatial James-Webb est prêt à affronter le froid extrême de l’espace

KeyKeeper

KeyKeeper

Ingénieur en mécanique adorant la technologie. Née avec un Comodor64. Ma première ligne de commande : 10 PRINT"HELLO!" RUN